Chronologie _______________________ -1923 (22 décembre): naissance à Filot (commune actuelle de Hamoir, en province de Liège). -1935 – 1941: humanités gréco-latines à l'actuel Collège de Saint-Roch (Ferrières). -1941: Conservatoire de Liège, études de solfège et de piano. -1943: Deuxième prix de solfège à l'unanimité. Deuxième prix de piano avec distinction à l'unanimité. Cours d'harmonie dans la classe de Pierre Froidebise. -1945: Edouard Senny quitte le Conservatoire et poursuit ses études de piano (avec René Delporte) et d'écriture (avec Pierre Froidebise). Froidebise et ses élèves fréquentent les séances du séminaire des Arts, organisé par André Souris à Bruxelles. -1946: il compose la première de Trois chansons de Charles d'Orléans et met en musique un poème de Robert Vivier repris dans Trois poèmes pour voix d'alto (1975). En septembre, il remplace son père (professeur de musique) au Petit Séminaire de Saint-Roch. -1947: il achève la composition de Trois chansons de Charles d'Orléans et compose deux Chorals pour orgue. Formation du "Groupe dodécaphoniste de Liège", comprenant Pierre Froidebise, Elie Poslawsky, Célestin Deliège et Edouard Senny. En novembre, il compose Trois Coples de Toulet op. 1. Le 4 décembre, a lieu à l'A.P.I.A.W. le premier concert du cycle "Tendances actuelles de la musique". Senny y interprète les Variations op. 27 d'Anton Webern (création en Belgique). Il compose en décembre Cinq Versets du Cantique des Cantiques op.2, dédiés "à Maggy" (sa future épouse). -1948: en février, il compose Quatre Phrases des Illuminations d'Arthur Rimbaud op. 3, dédiées à Pierre Froidebise, puis en avril, la Sonate op. 4, pour piano, qu'il interprète le 19 mai, lors d'un concert au Palais des Beaux-Arts à Bruxelles. En septembre, il épouse Maggy Dethier. Installation à Rouge-Minière (Ferrières). -1949: en juin, il achève Quatuor à cordes op. 5. En août, il compose Cinq mélodies op. 6 sur des textes de Rimbaud. En décembre, lors d'un voyage à Paris avec le groupe dodécaphoniste, il rencontre Leibowitz et Boulez. -1950: Messe op. 9, dédiée "à ma femme" (janvier). Quatre Haï-Kaï (décembre). -1951: naissance d'Yves (janvier). En septembre, Senny est nommé officiellement à Saint-Roch. Installation à Grimonster (Ferrières). -1952: naissance de Cécile (août). -1953: Petit Salut dans un style insolite, dédié à l'abbé V.Hendrick (novembre). Participation à Musiques pour Jean Marambert, avec Célestin Deliège, Pierre Froidebise et André Souris (Editions de la Mansarde-Liège). -1955: trois Tankas (janvier). Edouard Senny regroupe la plupart de ses mélodies antérieures dans un Cahier de chants. Naissance d'Anne (avril). Arrangement pour chœur mixte des Trois Chansons de Charles d'Orléans en Trois Rondeaux de Charles d'Orléans. Articles: Réflexions sur l'influence de la musique dans une éducation humaniste, et André Souris ou les métamorphoses d'un musicien, respectivement n° 1 et 2-1955 de Lettres 55. -1956: articles: Notes sur Webern (janvier), et Notes sur la présence de la musique dans l'œuvre de Verlaine, n° 5 et 6-1956 de Lettres 55. Retour à Filot, en Strée. -1957: article: Un aspect de Victor Hugo, n° 4-1957 de Lettres 55. En août, il compose Liturgies latines. Travaille jusqu'en 1960 comme clerc chez un notaire à Xhoris (commune actuelle de Ferrières). Naissance de Françoise (décembre). -1958: obtient deux emplois de professeur de musique (Vielsalm), qu'il conserve jusqu'en 1963. Assure un intérim à Saint-Vith. -1959: article: Exercices de Style, dans Lettres 55 n° 1-1959. Participe aux scénarios de deux émissions dramatiques pour la télévision belge, dans la série Entre chiens et loups, tournées à Hamoir, Xhignesse et Filot: Le curé de Xhignesse (où il intervient également comme acteur) et La Noyée du Gouffre noir. -1960: article: Sur un concours, dans Lettres 55 n° 4-1960. Il est engagé à Malonne (Namur). -1961: publication chez Schott-Frères des Chansons populaires de l'Ardenne Septentrionale (Lorcé et Filot), recueillies par Edouard Senny, présentées et commentées par Roger Pinon. Installation place du Tilleul, à Filot. -1963: Musiques pour un Livre d'Heures, dédiées au chanoine Mathijs. -1964: naissance de Marie-Henriette (février). Prélude, Choral, Marche, Chanson et Ronde, petites pièces pour piano dédiées à son élève Catherine Wéry. Trois Cramignons. Avec son ami Léon Wéry, il recueille dans la région de vieilles chansons populaires. -1965: Messe des dimanches, ou Messe du Petit-Séminaire de Saint-Roch. -1966: Messe pour les fêtes carillonnées. Arrivée à Filot de l'abbé Joseph Denne. Fondation de la "Chorale de Filot". Messe des morts et Messe pour tous les temps. Articles: Les Préludes de Chopin: un classicisme pur au cœur du romantisme dans Les Beaux-Arts, n° 1116 et Le problème du baroque dans Les Beaux-Arts, n° 1124. -1967: Douze Noëls wallons et Douze Noëls français. Office du Jeudi-Saint. -1968: Cinq danses anciennes, Louange pascale, Office des Morts, Vingt Psaumes, Douze Negro-Spirituals. Article: Pierre Froidebise et le mouvement dodécaphoniste à Liège, publié par les Annales du Congrès de Liège. -1969: bénédiction et inauguration des orgues de Filot (15 juin). Août: Jésus, Cantate Populaire Sacrée. Le 30 novembre, l'organiste français Michel Chapuis donne un concert à Filot, dans le cadre des concerts "Liturgies". Edouard Senny devient professeur de piano et de solfège à l'Académie de musique d'Aywaille. -1970: Prière à la Vierge des Pauvres. 26 avril: création de Jésus à Saint-Roch, exécution à Filot (7 mai et 28 juin) et à Ferrières (6 septembre). 15 septembre: mort de Maggy. Article: Problèmes de la musique sacrée aujourd'hui, dans l'Organiste n° 4-1970 et dans Clés pour la musique, novembre 1970. -1971: La composition musicale (conférence donnée à l'A.I.Lg). Edouard Senny devient chargé du cours d'analyse musicale au Conservatoire de Liège, à titre temporaire. En juillet, il achève un Requiem. Cours de musique à Woluwé, au "75" (jusqu'en 1976). -1973: article: A propos de musique religieuse, dans le Bulletin de la Société Liégeoise de Musicologie n° 4-1973. Senny reçoit une bourse du Gouvernement belge pour composer La Lyre à double tranchant (sur un texte d'André Souris), qu'il achève en août. L'œuvre est créée le 17 septembre, dans le cadre des "Nuits de Septembre" à Liège. -1975: mention spéciale attribuée au Requiem (créé en 1971), au Concours de Composition Religieuse de Monaco ("Ce petit requiem qui me rappelle la petite espérance de Péguy m'a vivement impressionnée" lui écrira Nadia Boulanger). Il compose en juin Trois poèmes pour voix d'alto et en octobre, Le Voyage de Hollande et La Lanterne Magique. -1976: il est engagé à l'I.M.E.P. (Namur) pour donner le cours supérieur d'analyse musicale. -1977: Plain-Chant pour une Cathédrale et Pastorale de fête (trompette et orgue), Li Mèsse dès simpès djins. -1979: Vitrail pour Jeanne d'Arc. Le 8 décembre, communication faite à l'Institut de Sociologie de l'U.L.B.: Chansons traditionnelles wallonnes pour l'école. -1980: décès accidentel à Hamoir, le 15 janvier. (extraits du mémoire de Pascale Vanderweyen: Découverte d'un musicien belge contemporain: Edouard Senny, Université libre de Bruxelles, Faculté de Philosophie et lettres, section H.A.A. -musicologie-, 1983). Edouard Senny s'est également adonné à la littérature: divers poèmes, réunis par lui sous le titre "L'école buissonnière", ont été publiés en 1991. Bon nombre de textes concernant l'art et le folklore restent inédits. En outre, les croquis, dus à sa plume, qui agrémentent L'école buissonnière, témoignent d'un réel talent pour le dessin. Enfin, rappelons qu'il consacra à l'histoire locale une part importante de son temps: on lui doit une histoire de Filot (parue dans "l'Ardenne liégeoise"), une plaquette sur l'église romane de Xhignesse, et une toponymie de Filot (inédite). "Riche de sa culture paysanne et d'un acquis intellectuel raffiné, pratiquant dès son enfance le wallon encore vivace, nourri de littérature française, formé au chant grégorien et très tôt confronté aux recherches les plus contemporaines, il était un homme de synthèse qui a su allier la rigueur et l'humour, le dépouillement et la richesse de l'inspiration" (Léon Pâques). [OEUVRES (L'Oustalet Maïanen, dessin d'Edouard Senny)] [ECRITS DIVERS (Lourmarin, dessin d'Edouard Senny)] [ACCUEIL]
AccueilChronologie _____________________ - 1923 (22 décembre): naissance à Filot (commune actuelle de Hamoir, en province de Liège). - 1935 – 1941 : humanités gréco-latines à l'actuel Collège de Saint-Roch (Ferrières). - 1941 : Conservatoire de Liège, études de solfège et de piano. - 1943 : Deuxième prix de solfège à l'unanimité. Deuxième prix de piano avec distinction à l'unanimité. Cours d'harmonie dans la classe de Pierre Froidebise. - 1945 : Edouard Senny quitte le Conservatoire et poursuit ses études de piano (avec René Delporte) et d'écriture (avec Pierre Froidebise). Froidebise et ses élèves fréquentent les séances du séminaire des Arts, organisé par André Souris à Bruxelles. - 1946 : il compose la première de Trois chansons de Charles d'Orléans et met en musique un poème de Robert Vivier repris dans Trois poèmes pour voix d'alto (1975). En septembre, il remplace son père (professeur de musique) au Collège de Saint-Roch. - 1947 : il achève la composition de Trois chansons de Charles d'Orléans et compose deux Chorals pour orgue. Formation du "Groupe dodécaphoniste de Liège", comprenant Pierre Froidebise, Elie Poslawsky, Célestin Deliège et Edouard Senny. En novembre, il compose Trois Coples de Toulet op. 1 . Le 4 décembre, a lieu à l'A.P.I.A.W. le premier concert du cycle "Tendances actuelles de la musique". Senny y interprète les Variations op. 27 d'Anton Webern (création en Belgique). Il compose en décembre Cinq Versets du Cantique des Cantiques op. 2, dédiés "à Maggy" (sa future épouse). - 1948 : en février, il compose Quatre Phrases des Illuminations d'Arthur Rimbaud op. 3 , dédiées à Pierre Froidebise, puis en avril, la Sonate op. 4 , pour piano, qu'il interprète le 19 mai, lors d'un concert au Palais des Beaux-Arts à Bruxelles. En septembre, il épouse Maggy Dethier. Installation à Rouge-Minière (Ferrières). - 1949 : en juin, il achève Quatuor à cordes op. 5 . En août, il compose Cinq mélodies op. 6 sur des textes de Rimbaud. En décembre, lors d'un voyage à Paris avec le groupe dodécaphoniste, il rencontre Leibowitz et Boulez. - 1950 : Messe op. 9 , dédiée "à ma femme" (janvier). Quatre Haï-Kaï (décembre). - 1951 : naissance d'Yves (janvier). En septembre, Senny est nommé officiellement à Saint-Roch. Installation à Grimonster (Ferrières). - 1952 : naissance de Cécile (août). - 1953 : Petit Salut dans un style insolite , dédié à l'abbé V. Hendrick (novembre). Participation à Musiques pour Jean Marambert , avec Célestin Deliège, Pierre Froidebise et André Souris (Editions de la Mansarde-Liège). - 1955 : trois Tankas (janvier). Edouard Senny regroupe la plupart de ses mélodies antérieures dans un Cahier de chants . Naissance d'Anne (avril). Arrangement pour chœur mixte des Trois Chansons de Charles d'Orléans en Trois Rondeaux de Charles d'Orléans . Articles: Réflexions sur l'influence de la musique dans une éducation humaniste , et André Souris ou les métamorphoses d'un musicien , respectivement n° 1 et 2-1955 de Lettres 55. - 1956 : articles: Notes sur Webern (janvier), et Notes sur la présence de la musique dans l'œuvre de Verlaine , respectivement n° 5 et 6-1956 de Lettres 55. Retour à Filot, en Strée. - 1957 : article: Un aspect de Victor Hugo , n° 4-1957 de Lettres 55. En août, il compose Liturgies latines . Travaille jusqu'en 1960 comme clerc chez un notaire à Xhoris (commune actuelle de Ferrières). Naissance de Françoise (décembre). - 1958 : obtient deux emplois de professeur de musique (Vielsalm), qu'il conserve jusqu'en 1963. Assure un intérim à Saint-Vith. - 1959: article: Exercices de Style , dans Lettres 55 n° 1-1959. Participe aux scénarios de deux émissions dramatiques pour la télévision belge, dans la série " Entre chiens et loups" , tournées à Hamoir, Xhignesse et Filot: " Le curé de Xhignesse " (où il intervient également comme acteur) et " La Noyée du Gouffre noir ". - 1960 : article: Sur un concours , dans Lettres 55 n° 4-1960. Il est engagé à Malonne (Namur). - 1961 : publication chez Schott-Frères des Chansons populaires de l'Ardenne Septentrionale (Lorcé et Filot), recueillies par Edouard Senny, présentées et commentées par Roger Pinon. Installation place du Tilleul, à Filot. - 1963 : Musiques pour un Livre d'Heures , dédiées au chanoine Mathijs. - 1964 : naissance de Marie-Henriette (février). Prélude, Choral, Marche, Chanson et Ronde , petites pièces pour piano dédiées à son élève Catherine Wéry. Trois Cramignons . Avec son ami Léon Wéry, il recueille dans la région de vieilles chansons populaires. - 1965 : Messe des dimanches , ou Messe du Petit-Séminaire de Saint-Roch . - 1966 : Messe pour les fêtes carillonnées . Arrivée à Filot de l'abbé Joseph Denne. Fondation de la " Chorale de Filot ". Messe des morts et Messe pour tous les temps . Articles: Les Préludes de Chopin: un classicisme pur au cœur du romantisme dans Les Beaux-Arts, n° 1116 et Le problème du baroque dans Les Beaux-Arts, n° 1124. - 1967 : Douze Noëls wallons et Douze Noëls français . Office du Jeudi-Saint . - 1968 : Cinq danses anciennes , Louange pascale , Office des Morts , Vingt Psaumes , Douze Negro-Spirituals . Article: Pierre Froidebise et le mouvement dodécaphoniste à Liège , publié par les Annales du Congrès de Liège. - 1969 : bénédiction et inauguration des orgues de Filot (15 juin). Août: Jésus , Cantate Populaire Sacrée. Le 30 novembre, l'organiste français Michel Chapuis donne un concert à Filot, dans le cadre des concerts " Liturgies ". Edouard Senny devient professeur de piano et de solfège à l'Académie de musique d'Aywaille. - 1970 : Prière à la Vierge des Pauvres . 26 avril: création de Jésus à Saint-Roch, exécution à Filot (7 mai et 28 juin) et à Ferrières (6 septembre). 15 septembre: mort de Maggy. Article: Problèmes de la musique sacrée aujourd'hui , dans l'Organiste n° 4-1970 et dans Clés pour la musique, novembre 1970. - 1971 : La composition musicale (conférence donnée à l'A.I.Lg). Edouard Senny devient chargé du cours d'analyse musicale au Conservatoire de Liège, à titre temporaire. En juillet, il achève un Requiem . Cours de musique à Woluwé, au "75" (jusqu'en 1976). - 1973 : article: A propos de musique religieuse , dans le Bulletin de la Société Liégeoise de Musicologie n° 4-1973. Senny reçoit une bourse du Gouvernement belge pour composer La Lyre à double tranchant (sur un texte d'André Souris), qu'il achève en août. L'œuvre est créée le 17 septembre, dans le cadre des " Nuits de Septembre " à Liège. - 1975 : mention spéciale attribuée au Requiem (créé en 1971), au Concours de Composition Religieuse de Monaco ("Ce petit requiem qui me rappelle la petite espérance de Péguy m'a vivement impressionnée" lui écrira Nadia Boulanger). Il compose en juin Trois poèmes pour voix d'alto et en octobre, Le Voyage de Hollande et La Lanterne Magique . - 1976 : il est engagé à l'I.M.E.P. (Namur) pour donner le cours supérieur d'analyse musicale. - 1977 : Plain-Chant pour une Cathédrale et Pastorale de fête (trompette et orgue), Li Mèsse dès simpès djins . - 1979 : Vitrail pour Jeanne d'Arc . Le 8 décembre, communication faite à l'Institut de Sociologie de l'U.L.B.: Chansons traditionnelles wallonnes pour l'école. - 1980 : décès accidentel à Hamoir, le 15 janvier. (extraits du mémoire de Pascale Vanderweyen: Découverte d'un musicien belge contemporain: Edouard Senny , Université libre de Bruxelles, Faculté de Philosophie et lettres, section H.A.A. -musicologie-, 1983) Edouard Senny s'est également adonné à la littérature: divers poèmes, réunis par lui sous le titre " L'école buissonnière", ont été publiés en 1991. Bon nombre de textes concernant l'art et le folklore restent inédits. En outre, les croquis, dus à sa plume, qui agrémentent L'école buissonnière, témoignent d'un réel talent pour le dessin. Enfin, rappelons qu'il consacra à l'histoire locale une part importante de son temps: on lui doit une histoire de Filot (parue dans "l'Ardenne liégeoise"), une plaquette sur l' église romane de Xhignesse, et une toponymie de Filot (inédite). "Riche de sa culture paysanne et d'un acquis intellectuel raffiné, pratiquant dès son enfance le wallon encore vivace, nourri de littérature française, formé au chant grégorien et très tôt confronté aux recherches les plus contemporaines, il était un homme de synthèse qui a su allier la rigueur et l'humour, le dépouillement et la richesse de l'inspiration" (Léon Pâques).